Après une halte confortable à Florence, nous avons repris la route vers sa rivale historique, Sienne.

Sur notre chemin bien balisé, nous avons rencontré quelques personnages sympathiques depuis notre dernier message :

Dans l'ordre chronologique :

- Giuseppe : un religieux rencontré devant son abbaye. Discussion uniquement en Italien, mais surtout un échange muet de regards et de bons sourires.

- Soeur Maddalena : "Mamma Mia, fa troppo freddo per i pellegrini, Mamma Mia" ont été les vifs propos d'accueil de cette bénédictine. Nous ne sommes pas d'accord avec elle : les paysages d'automnes sont superbes, les touristes très peu nombreux, et je ne suis pas obligé de boire 5 litres d'eau/jour pour compenser les pertes ! 

- Le cuistot du Westminster : plutot bavard, ancien cuisinier de cet  hotel/restaurant chic du Touquet-Paris-Plage.  Il nous a entretenu quelques minutes en Français alors que nous étions venus chercher une part de lasagnes à emporter dans notre cellule. Il est désormais revenu dans son fief de San Gimignano, bourg aux multiples tours aux allures de donjons qui avait en son temps preté allégeance aux guelfes florentins.

- Olivier : un petit (pélerin) suisse. Aperçu dans une pasticerria ( =  "Patisserie", c'est en fait plutot un bar où l'on peut prendre son petit déjeuner ou son gouter) et soupçonné de faire partie des notres, nous l'avons ensuite rencontré sur la route.

- Sophie : française installée depuis 20 ans à Colle di Val d'Elsa (lieu d'une ancienne bataille remportée par Florence), un village charmant. Elle nous a ouvert les portes de son B&B alors que l'accueil diocésain nous avait posé un lapin.

- Giacomo et  Stefano : dans l'avant poste militaire des gibelins Siennois de Monteriggioni, nous partageons un grand gite de pélerins de 20 personnes avec ces 2 florentins, randonneurs du weekend. Très chaleureux, ils nous ont enseigné l'art des pates au pesto (en ajoutant une pomme de terre coupée en petits morceaux et du grana).

- Soeur Ginetta : mère hotelière du couvent des soeurs de la médaille miraculeuse de Sienne, elle nous a rappellé le dynamisme de Soeur Lucie de notre chère abbaye de Wisques. Elle nous a emmené dimanche dernier à la fete patronale de la ville dans le Duomo (= la cathédrale) pleine à craquer. Les différentes contrades. étaient présentes, les notables aussi, la liturgie superbe pour cette nouvelle année et ce traditionnel évènement. 

 

Lei e troppo gentile de nous suivre !

 

PS : Désolés de ne pas pouvoir mettre d'accents circonflexes et de pas avoir réussi à glisser plus de blagues ! En espérant que vous auez fait bonne lecture.